Le Courage managérial en 3 points

Le courage managérial

Chaque manager dispose d’une définition bien précise du courage managérial.
Ce terme, on le connaît tous, mais savons-nous, réellement l’expliquer ? En général, il est plus facile de dire à quel point nous sommes courageux dans nos décisions de management et de stratégie.
Mais il est rare en tant que responsable d’avouer l’inverse…

La remise en question fait appel au courage

Si vous êtes Manager et qu’il vous arrive parfois de vous avouer à vous-même qu’il est difficile de prendre certaines décisions importantes. Et qu’a l’approche d’un conflit vous ressentez la peur de l’affronter, c’est un bon point pour vous. Vous possédez déjà le courage de vous remettre en question.

Continuez à explorer vos peurs, le courage managérial se travail

Le courage est un caractère

Le courage managérial, c’est ce qui synthétise et regroupe les points forts d’un bon management. C’est une qualité majeure de notre métier qui se travaille et qui s’améliore. Il est donc important de se connaître soi-même.

Vous devrez quotidiennement faire preuve de courage, ça fait partie de votre rôle. Il est important d’apprendre, de comprendre et d’apprivoiser vos peurs. Vous pourrez les affronter plus facilement et installez ce courage dans votre caractère.

Votre management vous imposera de changer les choses, de faire des choix et de prendre des décisions. L’ironie du sort, c’est qu’il faut posséder ce courage managérial pour pouvoir les entreprendre.

Le courage managérial, C’est oser dire, changer et décider

1 – Osez dire les choses qu’il faut dire

Osez dire les choses à votre manière. Mettez un point d’honneur à la vérité et soyez réaliste, mais n’hésitez pas. Il est important pour vous de garder votre libre-arbitre et de dire les choses que vous pensez à votre équipe.

Qu’elle a envie de l’entendre ou non. Il y a de la place pour les encouragements, les compliments et les félicitations, mais également pour les critiques, constructives bien sûr. Le courage managérial, c’est savoir dire non et savoir dire ce qui est déplaisant.

Reprendre un collaborateur sur sa manière de faire les choses n’est pas une tâche facile. Certes, il faut faire preuve d’empathie et de compréhension, mais vous vous devez de le faire..

2 – Osez changer les choses qu’il faut changer

Un nouveau manager se doit d’imposer ses méthodes et un manager en place se doit parfois de changer les siennes. Votre société peut vous amener à imposer des choses sans que vous soyez d’accord avec elle.

De ce fait, il arrive que certains collaborateurs soient réticents à l’idée de changer leurs  conditions ou leurs méthodes de travail. Tellement réticents qu’ils en contamineraient votre équipe au complet. C’est à vous que revient ce courage d’instaurer et d’accompagner le changement.

3 – Osez prendre les décisions importantes

Des décisions, vous en prendrez des tonnes. Certaines plus difficiles que d’autres, mais vous serez contraint de le faire quand même. Votre courage devra être à son apogée quand il faudra être impartial sur la gestion d’un conflit ou quand il faudra sanctionner un débordement, qui conduit parfois au licenciement.

Le courage managérial, c’est également choisir un collaborateur pour “Une prime au mérite” qu’on vous impose. C’est conclure un entretien individuel peu convaincant, imposer un changement de poste plus stratégique, etc.

Le courage managérial, c’est affronter chaque problème

Le courage managérial, c’est votre management chaque jour, c’est décider, appliquer, accompagner, entreprendre, comprendre, considérer, oser, amener, choisir...
C’est réaliser tout cela avec le minimum de peur.

C’est par un management et un engagement positif que vous parviendrez à un courage managérial exemplaire. Si vous restez sans cesse à la recherche de solutions  et que vous axez votre comportement sur une amélioration continue, votre management affrontera constamment les problèmes qui se présentent devant lui.

Ne fuyez pas vos responsabilités !
Et lorsque celles-ci font appel à votre courage, soyez honnête envers vous.
Mais osez, car vous êtes le manager.

 

Laisser un commentaire